Qui sommes-nous ? Nous avons besoin de vous Soirée-bénéfice 2017 Efficacité énergétique Des avocats défendent vos droits Des conseillers budgétaires vous aident Des analystes interviennent pour vous Des journalistes vous informent
Chercher dans :

Type de contenu :

Chercher avec :

Salle de presse


Les aliments biologiques au Canada : le système canadien présente d'importantes lacunes
Montréal, 18 juin 2004 – Les consommateurs sont mal protégés par les mécanismes canadiens entourant les aliments biologiques, indique une récente étude d’Option consommateurs, un organisme voué à la défense des droits et des intérêts de la population.
Actuellement, la norme relative aux produits biologiques, adoptée en 1999 par le Conseil canadien des normes (CCN), est d’application volontaire. En outre, seulement deux organismes canadiens de certification sur 46 sont accrédités par une autorité reconnue par le gouvernement. De plus, il n’y a pas de règlement régissant spécifiquement l’étiquetage des aliments biologiques. Enfin, les importations de produits biologiques ne sont pas contrôlées de façon spécifique.

Par conséquent, certains produits pourraient porter la mention «biologique» sans satisfaire aux critères de production et de transformation, ce qui induit les consommateurs en erreur. En effet, des groupes de discussion tenus par la firme Environics dans le cadre de cette étude, ont révélé que la grande majorité des consommateurs estiment qu’un produit étiqueté biologique l’est forcément. Cependant, l’analyse du système canadien démontre que rien ne peut justifier cette confiance.

Par ailleurs, Option consommateurs voit  d’un bon œil la démarche entreprise par le Canada afin de réglementer la mise en marché des produits biologiques, voire d’élaborer une norme obligatoire. L’association croit qu’il est urgent d’adopter une réglementation afin de protéger les consommateurs. À cette fin, Option consommateurs recommande, entre autres, la protection stricte de l’appellation « biologique » et de ses diminutifs et dérivés (« bio », « biodynamique », « écologique », « éco », « organique »), l’accréditation systématique des organismes de certification par une autorité canadienne reconnue compétente, la mise en place d’un cadre législatif pour simplifier et harmoniser la mise en marché des produits issus de l’agriculture biologique au Canada et l’adoption d’un logo national unique pour la vente sur le marché intérieur.

- 30 -

(Rapport: Les exigences des consommateurs face à la mise en marché des aliments issus de l'agriculture biologique. PDF, 92 pages)
         
Pour plus d’informations, vous pouvez joindre Marie-France Huot, agronome et analyste en agroalimentaire au  (514) 598-7288.
Design Web = Egzakt