Qui sommes-nous ? Nous avons besoin de vous Soirée-bénéfice 2017 Efficacité énergétique Des avocats défendent vos droits Des conseillers budgétaires vous aident Des analystes interviennent pour vous Actualités
Chercher dans :

Type de contenu :

Chercher avec :

Salle de presse


Téléphones cellulaires
Des adolescents mal informés
Montréal, 15 novembre 2007 – Que se produit-il lorsqu'un adolescent se présente en magasin afin de se procurer un téléphone cellulaire? Le vendeur lui pose-t-il des questions? Lui donne-t-il toute l’information dont il a besoin? Lui fait-il des suggestions?

Pour le savoir, nous avons demandé à six adolescents de tenter l’expérience. Voici les résultats de l’enquête nous avons réalisée grâce à une subvention d’Industrie Canada ainsi que nos recommandations.

Vous retrouverez l'intégralité de cette enquête dans le rapport de recherche
« Publicités des entreprises de téléphonie cellulaire : des adolescents influencés mais mal informés ».

Notre enquête porte sur les informations données aux adolescents par les vendeurs. Elle a été réalisée il y a un an, soit durant les mois d’octobre, de novembre et de décembre 2006.

Selon les chiffres de l’Association canadienne des télécommunications sans fil, c’est durant les trois mois qui précèdent Noël qu’il se vend le plus de téléphones cellulaires au Canada. Ainsi, durant les trois derniers mois de 2006, il s’est vendu plus de 607 000 téléphones cellulaires (soit de 30,5 % à 194,5 % de plus que durant les autres trimestres de la même année) . En 2005, la tendance était la même : il s’est vendu 714 438 téléphones durant les trois derniers mois de l’année (soit de 48,5 à 283 % de plus que durant les autres trimestres de la même année).

Les adolescents qui se rendent en magasin sont attirés par des publicités alléchantes. Mais ils n’ont pas toujours en main toute l’information nécessaire pour faire un choix éclairé, ni pour savoir combien leur coûtera leur téléphone cellulaire. Dans ce contexte, il est primordial que les vendeurs les renseignent adéquatement.

Le font-ils ? Notre enquête démontre que ce n’est pas le cas. Comme vous le verrez, les résultats obtenus sont consternants. Les vendeurs ne posent pas suffisamment de questions pour déterminer les besoins de leurs jeunes clients. Ils ne leur donnent que très peu d’information. Mais, élément surprenant, ils font souvent des suggestions.

Tout cela est extrêmement préoccupant. À l’approche des Fêtes, bien des adolescents se rendront dans les magasins pour se procurer des téléphones cellulaires. C’est pour cette raison que nous avons décidé de vous présenter aujourd’hui l’étude que nous avons réalisée l’année dernière. Il y a fort à parier que ce qui se produisait dans les magasins de téléphones cellulaires il y a un an s’y produit encore aujourd’hui. Il est donc important que les jeunes consommateurs soient extrêmement vigilants.

NOS RECOMMANDATIONS
Option consommateurs recommande aux adolescents qui désirent se procurer un téléphone cellulaire d’être extrêmement vigilants. Avant de se rendre en magasin, ils doivent prendre le temps de comparer ce qu’offrent les différentes entreprises. Une fois sur place, ils doivent poser des questions, notamment au sujet du forfait ou de l’appareil qui leur est offert, du prix qu’ils auront à payer et des obligations qu’ils auront à remplir. Ce n’est qu’ainsi qu’ils seront bien renseignés.

Option consommateurs recommande aux parents de participer aux recherches effectuées par leurs adolescents et de les accompagner lorsqu’ils se rendent en magasin ; ils ne doivent pas non plus hésiter à poser des questions.

Option consommateurs recommande aux entreprises d’aider les adolescents à faire un choix qui correspond à leurs besoins en leur posant des questions de base et en leur donnant toute l’information dont ils ont besoin.

Option consommateurs recommande aux consommateurs qui se sentent lésés parce qu’ils ont été mal informés par un vendeur de porter plainte auprès de l’Office de la protection du consommateur.

Design Web = Egzakt