Qui sommes-nous ? Nous avons besoin de vous Soirée-bénéfice 2017 Efficacité énergétique Des avocats défendent vos droits Des conseillers budgétaires vous aident Des analystes interviennent pour vous Actualités
Chercher dans :

Type de contenu :

Chercher avec :

Salle de presse


Hausse du dollar
Des prix encore 20 % plus cher au Canada !
Montréal, 15 février 2008 – Une enquête effectuée par Option consommateurs en collaboration avec l’équipe de J.E. révèle que les Canadiens paient, en moyenne,     22 % plus cher pour les mêmes produits vendus aux États-Unis, malgré l’appréciation du dollar canadien.

Depuis juin 2007, Option consommateurs suit l’évolution des prix de plusieurs produits vendus aux États-Unis et au Canada. Dernièrement, en partenariat avec J.E., la surveillance s’est intensifiée en comparant une cinquantaine de produits dans pas moins de quarante points de vente canadiens et états-uniens.

L’enquête révèle que dans la presque totalité des cas, les produits sont toujours moins chers aux États-Unis. Ce sont d’ailleurs les jouets qui affichent la plus grande différence de prix. En effet, les sept jouets observés depuis trois semaines sont vendus en moyenne 34 % plus cher au Canada. Viennent ensuite l’alimentation et les vêtements qui affichent des prix supérieurs de 31 % au Canada. Quant aux loisirs, électroménagers, articles de maison, restauration rapide et automobiles, ils affichent respectivement des écarts de 28, 21, 21, 16 et 13 %. L’électronique serait la seule catégorie de produits dont les prix seraient devenus sensiblement identiques des deux côtés de la frontière. Option consommateurs met à disposition sur son site Internet (www.option-consommateurs.org), la liste des 50 articles comparés dans son enquête avec l’écart moyen des prix relevés entre le Canada et les États-Unis.

Depuis le temps que le dollar canadien se maintient à la hausse, ces écarts de prix sont devenus injustifiables. «Nous ne pouvons que nous interroger sur l’état actuel de la concurrence du marché du détail au Canada, souligne Jean-François Vinet, analyste des services financiers à Option consommateurs. Surtout quand les quatre principales chaînes de vente au détail, Wal-mart, HBC, Best-Buy et Sears, détiennent plus de 80 % des parts de ce marché !»
Pour sa part, Michel Arnold, directeur général d’Option consommateurs affirme que « les gigantesques réseaux de distribution semblent faire obstacle à l’émergence d’une réelle concurrence dans le marché du détail canadien et empêchent les consommateurs d’obtenir des prix compétitifs similaires à ceux obtenus par leurs voisins américains. »

Option consommateurs recommande donc aux consommateurs de magasiner avant d’acheter et de questionner le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD) concernant cette situation. L’association recommande également au Bureau de la concurrence d’analyser les pratiques de cette industrie et, au besoin, d’ouvrir une enquête.

Créée en 1983, Option consommateurs est une association sans but lucratif vouée à la défense et à la promotion des droits consommateurs. Pour ce faire, elle s’est engagée dans une vingtaine de recours collectifs et s’intéresse de près aux questions reliées à l’énergie, à l’agroalimentaire, aux services financiers et aux pratiques commerciales.

-30-

Sources :

Jean-François Vinet
Analyste en services financiers
Option consommateurs
514-598-7288

Michel Arnold
Directeur général
Option consommateurs
514-598-7288
Design Web = Egzakt