Qui sommes-nous ? Nous avons besoin de vous Soirée-bénéfice 2017 Efficacité énergétique Des avocats défendent vos droits Des conseillers budgétaires vous aident Des analystes interviennent pour vous Des journalistes vous informent
Chercher dans :

Type de contenu :

Chercher avec :

Salle de presse


Produits naturels et médicaments: Beaucoup de risques, peu d'informations
Montréal, 17 novembre 2000 – Les produits de santé à base de plante ne sont pas toujours inoffensifs, surtout s'ils sont pris en même temps que des médicaments. Cela est-il clairement indiqué sur l'étiquette. Eh bien non! Les consommateurs qui achètent des produits de santé à base de plantes médicinales ne sont pas bien informé des contre-indications ni des interactions possibles avec certains médicaments. C'est ce qui ressort d'une enquête réalisée par Option consommateurs et publiée dans le magazine Consommation de l'automne 2000. Une situation fort inquiétante lorsque l'on considère les risques que courent certains consommateurs.

Méthodologie et résultats

Pour réaliser leur enquête, les journalistes de Consommation ont choisi trois produits naturels parmi les plus populaires, soit l'échinacée, le ginkgo biloba et le millepertuis. Puis, ils ont acheté chacun de ces produits dans cinq marques différentes, pour un total de 15 produits. Ils ont ensuite scruté à la loupe les étiquettes. Résultat: aucune n'offrait au consommateur suffisamment d'informations pour lui permettre de faire un choix éclairé.

Premier aspect pris en considération: les contre-indications. Lorsqu'une personne souffrant d'une maladie donnée court un risque en prenant un produit de santé naturel, il faut qu'elle le sache. Or, les mises en garde appropriées ne sont presque jamais inscrites sur l'emballage. L'échinacée est un exemple parfait pour cerner l'ampleur du problème. Aucune des bouteilles achetées n'indique que ce produit ne doit pas être pris par des personnes souffrant de troubles auto-immunitaires tels que le VIH et le lupus, de diabète, de collagénèse ou de cancer. Pourtant, l'échinacée risque d'aggraver leur maladie.

Autre aberration: l'absence d'informations sur l'interaction de ces divers suppléments avec des médicaments. Par exemple, le ginkgo biloba ne doit en aucun cas être utilisé avec des médicaments susceptible d'éclaircir le sang (aspirine, warfarine, etc.), mais ce n'est pas en lisant les étiquettes qu'on l'apprendra.

Le cas du millepertuis mérite qu'on s'y attarde. Nulle part il n'est inscrit que ce produit ne doit pas être consommé en même temps que des antidépresseurs, des contraceptifs oraux, de la digoxine (utilisée pour le traitement des maladies cardiovasculaires) et de la théophylline (utilisée pour le traitement de l'asthme). Or, il peut augmenter la métabolisation de ces médicaments.

De plus, l'interaction entre le millepertuis et l'indivadir, un médicament pour le traitement du VIH, n'est mentionnée nulle part. Pourtant, Santé Canada a publié un avis à ce sujet le 7 avril dernier. Est-ce normal qu'une telle mention n'apparaisse sur aucun des cinq produits qui ont pourtant été achetés bien après cette date, soit entre le 25 août et le 9 septembre dernier?

Les règles à suivre pour l'étiquetage

Au Québec, les produits naturels sont vendus soit comme des aliments, soit comme des médicaments. Dans le premier cas, ils sont mis sur le marché sans être soumis à des tests. Les fabricants n'ont pas l'obligation de les étiqueter adéquatement. Mais ils n'ont pas non plus le droit d'affirmer que leurs produits possèdent des propriétés spécifiques.

Lorsque les produits naturels sont vendus comme des médicaments, la situation est différente. Les produits naturels doivent alors être soumis à des tests et répondre aux exigences qui accompagnent généralement la mise en marché des médicaments (obligation de mentionner notamment la composition de leur produit, la posologie recommandée ainsi que les mises en garde et les contre-indications appropriées). Et les fabricants ont le droit d'indiquer les vertus médicinales de leurs produits sur l'étiquette. À noter: les produits naturels vendus comme des médicaments sont identifiés à l'aide d'un Drug Identification Number (DIN).

Pourtant, d'après ce que nous avons pu constater, la présence ou non d'un DIN sur un produit ne semble pas changer grand-chose à la qualité de l'étiquetage. Actuellement, avec ou sans DIN, les fabricants passent sous silence les effets dommageables potentiels des produits de santé naturels. D'ailleurs, même sur l'étiquette de millepertuis de marque Personnelle, qui est doté d'un DIN, il n'y avait aucune mention de l'interaction de ce produit avec l'indivadir.

Bientôt une nouvelle règlementation

Jugeant que la réglementation actuelle fait courir des risques aux consommateurs, Santé Canada, par le biais du nouveau Bureau des produits de santé naturels, prévoit notamment exiger que les fabricants fournissent plus d'informations sur les étiquettes des produits naturels: nom du produit, ingrédients, numéro d'identification, date de péremption, posologie, mises en garde, contre-indications, interactions possibles avec d'autres médicaments, etc. Santé Canada veut également soumettre l'industrie à un processus d'homologation, à un mécanisme d'agrément et à l'obligation de déclarer les effets adverses.

Comment le Bureau des produits de santé naturels parviendra-t-il à faire appliquer la réglementation par les nombreuses entreprises actuellement sur le marché? Comment pourra-t-il s'assurer de l'efficacité et de l'innocuité des centaines de produits sur les tablettes? Cela, seul l'avenir le dira! Quant au consommateur, il devra s'armer de patience et être prudent. Acheter un produit de santé naturel équivaut à avoir en eux une confiance aveugle. Êtes-vous prêt à faire cet acte de foi ?

Pour plus d'informations sur le sujet, lire "Produits naturels et médicaments. Un cocktail parfois explosif!" publié dans le magazine Consommation, vol 11, no 2, automne 2000. Pour recevoir un exemplaire de ce magazine, communiquez avec Option consommateurs en composant le (514) 598-7288.

- 30 -

Pour informations: Maryse Guénette, (514) 598-7288
Design Web = Egzakt