Qui sommes-nous ? Nous avons besoin de vous Soirée-bénéfice 2017 Efficacité énergétique Des avocats défendent vos droits Des conseillers budgétaires vous aident Des analystes interviennent pour vous Actualités
Chercher dans :

Type de contenu :

Chercher avec :

Salle de presse


Compte à rebours pour l'étiquetage des OGM au Québec : plus que 171 jours
Québec, 13 juillet 2004 – Une vaste coalition de groupes de la société civile rappelle à la ministre de l’Agriculture, Madame Françoise Gauthier, la promesse ferme du PLQ et de M. Charest en faveur d’un étiquetage obligatoire des OGM au niveau provincial dès 2004. (lettre adressée à Madame Françoise Gauthier)

La requête des groupes fait suite au dépôt du rapport unanime de la Commission parlementaire de l’Agriculture en faveur de l’étiquetage obligatoire harmonisé sur les normes européennes (1).  Quelque 87 % des Québécois et Québécoises veulent que le gouvernement du Québec aille de l’avant avec l’étiquetage obligatoire même si le gouvernement fédéral refuse de bouger (2). Les groupes ont rendu publique une lettre ouverte à la ministre de l’Agriculture et invitent d’autres groupes à la signer (www.greenpeace.ca/f).

Nous accueillons favorablement les recommandations de la CAPA, notamment sur la question de l’étiquetage obligatoire des OGM. Le Québec ne peut se satisfaire de la norme fédérale « volontaire » et tolère qu’un aliment dit sans OGM puisse en contenir jusqu’à 5 % », déclare Charles Tanguay de l’Union des consommateurs.

L'ensemble de la filière agroalimentaire québécoise bénéficierait grandement d’un système de traçabilité et d’étiquetage rigoureux, à la fois pour rétablir la confiance auprès des consommateurs et pour maintenir et développer des marchés extérieurs », soutient Marie-France Huot, analyste en agroalimentaire pour Option consommateurs.

Malgré l’absence de preuve de l’innocuité des OGM pour l’environnement et la santé, environ 70 % des aliments transformés sont produits à partir d’OGM. L’étiquetage obligatoire serait la première mesure d’une véritable politique de précaution et de sécurité alimentaire en matière d’OGM », affirme Michel Leclerc des AmiEs de la terre de Québec.

Même s’il y a un consensus social sur la question, la ministre de l'Agriculture du Québec n’a pas encore déposé de projet de règlement sur l’étiquetage obligatoire des OGM. Comme le PLQ a promis de le faire dès 2004, il ne reste donc que 171 jours au gouvernement Charest pour adopter une norme d'étiquetage obligatoire », constate Éric Darier de Greenpeace.

Nous savons que les lobbys exercent des pressions pour que la ministre n’adopte pas une telle norme. Il faudra que le gouvernement libéral décide s’il gouverne en faveur de la population ou des lobbys », explique Benoît Girouard, Secrétaire général de l’Union paysanne.

L'étiquetage obligatoire des OGM est vraiment le minimum qu’un gouvernement se doit d’appliquer s’il est cohérent avec son rôle de protecteur de l’intérêt public. L’adoption de l’étiquetage obligatoire ne doit pas être vue comme l’aboutissement d’une longue lutte, mais plutôt comme une autre étape de franchie dans la protection de notre environnement », déclare Denis Falardeau de l'ACEF de Québec.

Le ministère de l’Agriculture doit d’abord être le ministère de tous les citoyens qui consomment des aliments et être le promoteur d’un nouveau contrat social, basé sur la confiance et la solidarité entre les agriculteurs et les citoyens du Québec. L’étiquetage obligatoire des OGM et l’implantation d’un logo unique pour les produits biologiques du Québec seraient deux signaux importants de ce recentrage du rôle de l’État en agriculture (3). Nous réclamons que la ministre de l’Agriculture rende public son échéancier d’implantation des recommandations de la CAPA », de conclure Sidney Ribaux, d’Équiterrre.
- 30 -

Voir les recommandations 18 et 19 du rapport de la CAPA (Commission de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation) : www.assnat.qc.ca/fra/37legislature1/commissions/capa/aliment/rapalimentaire.html

Voir les résultats du sondage Léger Marketing : www.greenpeace.ca/f/campagnes/ogm/etiquetage/sondage_etiquetage_mai2004.pdf

Voir les recommandations 15 et 16 du rapport de la CAPA : www.assnat.qc.ca/fra/37legislature1/commissions/capa/aliment/rapalimentaire.html
 
Personnes ressources :
        
Éric Darier, Greenpeace
cell. : (514) 605-6497
(514) 521-6820 poste 15
         
Denis Falardeau, ACEF de Québec
(418) 999-0925
         
Benoît Girouard, Union paysanne
cell. : (514) 605-6800
tél. : (450) 475-1119
Marie-France Huot, Option consommateurs
(514) 598-7288 poste 227
         
Michel Leclerc, AmiEs de la terre de Québec
tél. : (418) 524-2744
         
Charles Tanguay, Union des consommateurs
cell. (514) 743-0419
Sidney Ribaux, Équiterre
cell. : (514) 910-2024
Design Web = Egzakt