Qui sommes-nous ? Nous avons besoin de vous Soirée-bénéfice 2017 Efficacité énergétique Des avocats défendent vos droits Des conseillers budgétaires vous aident Des analystes interviennent pour vous Actualités
Chercher dans :

Type de contenu :

Chercher avec :

Salle de presse


Option consommateurs recommande l'adoption d'une véritable politique énergétique au Québec
Montréal, 6 juillet 2004 – Devant les lacunes importantes en matière de sécurité énergétique révélées par la Régie de l’énergie, Option consommateurs recommande au gouvernement d’adopter une véritable politique énergétique. Selon l’association, le fait que la Régie soit arrivée à la conclusion que la construction de la centrale du Suroît était «souhaitable» est un symptôme de l’ampleur des problèmes qui devront être débattus en commission parlementaire l’automne prochain.

«À la lecture de l’avis de la Régie, nous constatons que la politique énergétique dont s’est doté le gouvernement du Québec en 1996 n’a pas atteint ses objectifs, et que les structures mises en place depuis lors ne permettent pas d’assurer un approvisionnement énergétique sûr et abordable aux Québécois », dit Stéphanie Lussier, avocate et coordonnatrice du dossier énergie à Option consommateurs.

Selon l’association, ce phénomène découle en partie d’une croissance imprévue de la demande, d’une mauvaise planification des mises en chantier de centrales au Québec, mais surtout d’un principe erroné sur lequel s’est fondée la réglementation de l’électricité. À l’époque, le gouvernement croyait que plusieurs producteurs d’électricité se feraient concurrence, ce qui permettrait de contrôler les prix. Or, cela ne s’est pas avéré comme le note la Régie dans son avis. «C’est donc la pierre angulaire de la réglementation actuelle qu’il faut remettre en cause», signale Stéphanie Lussier.

Pour Option consommateurs, l’avis de la Régie met en lumière d’autres lacunes, dont un recours insuffisant à l’efficacité énergétique et à la production éolienne. «Force est de constater qu’Hydro-Québec n’a pas fait preuve du leadership qu’attendent les consommateurs de cette société d’État, ajoute Stéphanie Lussier. On est bien loin d’avoir réalisé les potentiels d’économies d’énergie «extrêmement importantes» qui étaient annoncés dans la politique énergétique de 1996.»

Si l’association salue l’initiative du gouvernement qui a fixé hier à Hydro-Québec des objectifs plus élevés en matière d’efficacité énergétique et de production éolienne, elle estime qu’il est anormal que le gouvernement doive intervenir pour inciter la société d’État à mettre en place des mesures que recommande la majorité des intervenants depuis plusieurs années.

Jugeant que ces problèmes ont des conséquences directes pour les Québécois, Option consommateurs estime qu’il faut réviser la réglementation actuelle. L’association souhaite également que la commission parlementaire établisse des orientations en matière de sécurité énergétique qui feront place à l’efficacité énergétique et à des modes de production peu polluants et abordables.

- 30 -

pour plus d'informations:

Stéphanie Lussier,
coordonnatrice du dossier ''Énergie''
à Option consommateurs
(514) 598-7288 poste 246
Design Web = Egzakt