Qui sommes-nous ? Nous avons besoin de vous Soirée-bénéfice 2017 Efficacité énergétique Des avocats défendent vos droits Des conseillers budgétaires vous aident Des analystes interviennent pour vous Des journalistes vous informent
Chercher dans :

Type de contenu :

Chercher avec :

Salle de presse


Ne vous fiez pas à la pub des transporteurs aériens
Montréal, 8 décembre 2003 – Lorsque l’on voit, dans une publicité, un service annoncé à un prix donné, on s’attend généralement à pouvoir obtenir ce service au prix indiqué. Dans le cas des annonces payées par les transporteurs aériens, ce n’est pas le cas. Ce qui peut causer toute une surprise.

Chaque jour, dans les pages des quotidiens, les transporteurs aériens annoncent des billets d’avion à des prix concurrentiels. Durant les dernières semaines, nous avons vu des publicités annonçant, par exemple, des billets d’avion (en partance de Montréal) pour Vancouver à 174 $ (Westjet), pour Toronto à 89 $ (Jetsgo), et pour Halifax à 64 $ (Canjet).

Ces prix sont fort alléchants, mais ils sont bien loin de la réalité.

D’abord, dans tous les cas, il s’agit du prix d’un aller simple, ce que l’on achète rarement, surtout quand la distance à parcourir est grande.

Ensuite, le prix annoncé est le prix à payer pour le billet d’avion seulement. À ce prix, il faut ajouter des frais – que les transporteurs appellent des “ surcharges ”. Ces frais sont destinés à payer les redevances de navigation, les frais d’amélioration aéroportuaires, et le droit de sécurité des passagers.

Enfin, il faut aussi ajouter les taxes.

Dans les annonces, il est mentionné que ces frais et les taxes seront ajoutés au prix annoncé. Mais cela est écrit en petits, voire en très petits caractères. Et la somme que représente ces frais, elle, n’est écrite nulle part. Et il s’agit souvent d’une somme très élevée.

Par exemple, sur le billet à destination de Vancouver annoncé par Westjet à 174 $, il faut ajouter 61,54 $ de frais, ce qui représente 35,5 % du prix du billet; sur le billet à destination de Toronto annoncé par Jetsgo à 89 $, il faut ajouter 48,55 $ de frais, ce qui représente 54 % du prix du billet, et sur le billet à destination de Halifax, annoncé à 64 $ par Canjet, il faut ajouter 50,54 $, ce qui représente 79 % du prix du billet. À noter : les taxes de vente sont demandées en sus.

Lorsque l’on achète des billets à destination des États-Unis, les choses sont encore pires. Car il faut aussi ajouter des frais demandés par les Américains. Dans le cadre de notre recherche, nous avons trouvé une publicité où l’on annonçait des billets à 99 $ à destination de West Palm Beach. Une fois les frais ajoutés, le billet pour West Palm Beach coûtait non pas 99 $, mais plutôt 196,64 $ (TPS en sus), soit une augmentation de 98,5 %. Une autre annonce proposait des billets pour Orlando à 99 $. Comme les frais étaient de 103,10 $, le billet coûtait finalement 202,10 $ (TPS en sus), ce qui représente une augmentation de 104 %.

Aucune loi n’encadre spécifiquement la publicité faite par les transporteurs aériens. Mais la Loi sur la concurrence s’applique à toutes les publicités. Selon Option consommateurs et le Centre pour la défense de l’intérêt public (CDIP), en vertu de l’article 74.1 de la Loi sur la concurrence, les annonces comme celles que nous venons de vous montrer sont, en fait, des publicités trompeuses. Car le prix indiqué ne correspond pas du tout au prix que le consommateur aura à payer. La présence des frais est indiquée en petits caractères, soit, mais on ne sait pas quelle somme ils représentent. De plus, ces caractères sont parfois quasi illisibles.

NOS RECOMMANDATIONS

  • Option consommateurs et le Centre pour la défense de l’intérêt public demandent aux transporteurs d’indiquer dans leurs publicité le prix, incluant tous les frais. Les taxes, par ailleurs, peuvent être en sus, comme c’est souvent le cas.
  • Option consommateurs et le Centre pour la défense de l’intérêt public demandent au ministre du Transport, M. David Collenette, d’imposer des obligations strictes aux transporteurs aériens et de s’assurer qu’ils les respectent.
  • Option consommateurs et le Centre pour la défense de l’intérêt public invitent les consommateurs qui se sentent lésés par cette situation à porter plainte auprès du transporteur aérien qui leur ont vendu leur(s) billet(s), du Commissaire aux plaintes relatives au transport  aérien ainsi que du Bureau de la concurrence.
((Pour porter plainte, les consommateurs peuvent se procurer des lettres types sur le site Web d’Option consommateurs,
à l’adresse www.option-consommateurs.org/contestation_ta.html, y inscrire leurs nom et coordonnées, et les faire parvenir à contestation.ta@option-consommateurs.org. Option consommateurs s’occupera de les faire parvenir aux instances concernées . À noter : des versions anglaises de ces lettres se trouvent sur le site du Centre pour la défense de l’intérêt public, au www.piac.ca.) ces fonctions ont été désactivées le 24 février 2004)

Veuillez prendre note que dans le rapport du Commissaire aux plaintes de janvier 2002 à juin 2002, des recommandations semblables ont été faites. Et que Transport 2000 appuie nos recommandations.

-30-

vers le communiqué de presse du 24 février 2004     

Me Stéphanie Poulin, responsable par interim
Service juridique, Option consommateurs.
tél. : (514) 598-7288
Design Web = Egzakt