Qui sommes-nous ? Nous avons besoin de vous Soirée-bénéfice 2017 Efficacité énergétique Des avocats défendent vos droits Des conseillers budgétaires vous aident Des analystes interviennent pour vous Actualités
Chercher dans :

Type de contenu :

Chercher avec :

Salle de presse


Bell informe les internautes sur la fraude des composeurs : Trop peu, trop tard, disent les associations de consommateurs
Montréal et Ottawa, 23 novembre 2004 – Trop peu, trop tard, disent les associations de consommateurs en réplique à l'initiative de Bell Canada visant à contrer le phénomène du détournement de modem par des «composeurs» ou dialers. La campagne d'information annoncée aujourd'hui aurait dû être intitiée il y a deux ans, dès l'apparition du phénomène. Bell Canada devrait par ailleurs imiter d'autres compagnies, comme Aliant et Manitoba Telecom Services, qui ont accepté de radier les frais d'interurbains découlant des détournements de modem, la première fois qu'un consommateur s'en plaint.

L'Union des consommateurs, Option consommateurs et le Public Interest Advocacy Center (PIAC) rappellent qu'une demande d'audience sur le sujet est toujours pendante devant le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications du Canada (CRTC) et devrait procéder au cours du mois de décembre. Les groupes de consommateurs demandent au CRTC d'intervenir pour contrer le phénomène des détournements de modem, une arnaque qui a coûté aux consommateurs des milliers de dollars en frais d'appels outre-mer.

Depuis des mois, les associations de consommateurs conseillent à des centaines d'internautes victimes des composeurs de contester les frais d'interurbains pour des appels faits à leur insue à Sao Tomé, à Nauru, en Guinée-Bissau ou ailleurs. Elles rappellent que les compagnies de téléphone n'ont pas le droit de couper le service téléphonique de base pour la seule raison du refus de payer les frais d'interurbains contestés.

Plutôt que de faire perdurer ainsi un bras de fer avec des milliers d'abonnés, Bell devrait passer l'éponge et s'atteler à faire changer les règles internationales de compensation pour les interurbains, afin que les escrocs cachés à Sao Tomé ou ailleurs cessent de recevoir paiement pour un traffic interurbain illégitime.

- 30 -

English version at:  http://www.piac.ca

 Sources:

Charles Tanguay, responsable des communications
Union des consommateurs,  (514) 521-6820 ou cell.: (514) 743-0419

Jannick Desforges, responsable du service juridique d'Option consommateurs
Tél. : (514) 598-7288

John Lawford, Barrister & Solicitor, Research Analyst
Public interest advocacy center (PIAC)  (613) 562-4002
Design Web = Egzakt