Qui sommes-nous ? Nous avons besoin de vous Soirée-bénéfice 2017 Efficacité énergétique Des avocats défendent vos droits Des conseillers budgétaires vous aident Des analystes interviennent pour vous Des journalistes vous informent
Chercher dans :

Type de contenu :

Chercher avec :

Volet aînés

Le décès

Faire face à la perte de son conjoint ou se préparer à son propre départ constituent des défis émotionnels de taille. Voici quelques conseils pour vous aider à limiter les imprévus financiers accompagnant ces difficiles étapes de la vie.

À prévoir

Le guide Prévenir les pièges financiers de la retraite, réalisé par Option consommateurs, trace les grandes lignes de la planification de la succession, des assurances et des arrangements préalables.

Bien que le sujet soit difficile à aborder avec un conjoint, ce dernier doit absolument connaître certaines choses, par exemple le nom de votre courtier, les institutions financières avec lesquelles vous faites affaire et les placements que vous détenez. Vous devez lui indiquer où se trouvent vos documents importants, notamment votre contrat d’assurance vie. De votre côté, vous devez savoir où se trouvent les siens. Si vous êtes la personne responsable du budget, vous devez noter clairement les dépenses et les dettes du ménage. Si ce n'est pas votre tâche, il est primordial que vous connaissiez l’état du budget du ménage. Cela vous évitera bien des soucis.

Si vous vivez seul, prévenez quelqu’un de votre entourage de l’emplacement de vos documents importants, de la marche à suivre à l’occasion de votre décès et de ce que vous désirez faire de votre succession.

Des questions importantes

Le conjoint qui reste doit souvent faire face à une baisse de revenus. Sans compter les dépenses imprévues. Voici quelques questions à vous poser pour bien vous préparer.

Êtes-vous le bénéficiaire d’une police d’assurance vie ? Une fois le montant reçu, il serait important d’aller consulter un planificateur financier qui pourra vous donner de précieux conseils sur la gestion de cette somme.

Votre conjoint a-t-il un solde non remboursé sur un prêt ou une carte de crédit ? Vérifiez si cet emprunt est couvert par une assurance vie. Si votre conjoint a des dettes, sachez que si vous êtes l’héritier, vous aurez alors le choix de refuser ou d’accepter la succession. Si vous refusez la succession, vous ne serez pas tenu de rembourser les dettes. Si vous décidez d’accepter la succession, vous serez alors dans l’obligation de rembourser les dettes. D’où l’importance de bien évaluer la succession afin de faire un choix éclairé.

Êtes-vous codétenteur d’une carte de crédit ? Si votre conjoint décède, vous deviendrez le seul emprunteur et vous aurez à faire les paiements mensuels. Vous devez aviser votre émetteur de carte de crédit du décès de votre conjoint.

Avez-vous un compte conjoint ? Il est important de noter que le compte sera entièrement gelé à la suite du décès, jusqu’à ce que la succession soit réglée. Vous ne pourrez plus faire vos transactions courantes à l’aide de ce compte. Pour vous éviter bien des ennuis, ouvrez un compte personnel maintenant.

Les comptes de services publics sont-ils au nom de votre conjoint ? Vous devez aviser ces entreprises du décès de votre conjoint dans les plus brefs délais.

Le bail est-il au nom de votre conjoint ? Vous pouvez décider de rester dans le logement. Dans ce cas, vous devez aviser le propriétaire que vous voulez reprendre le bail dans les deux mois suivant le décès. Vous pouvez aussi décider de quitter le logement. Dans ce cas, la succession ou un héritier doit donner au propriétaire un avis de 2 mois, et ce, dans les 6 mois suivant le décès du locataire. Pour en savoir plus, appelez la Régie du logement au 1 800 683-2245.
Design Web = Egzakt