Qui sommes-nous ? Nous avons besoin de vous Soirée-bénéfice 2017 Efficacité énergétique Des avocats défendent vos droits Des conseillers budgétaires vous aident Des analystes interviennent pour vous Des journalistes vous informent
Chercher dans :

Type de contenu :

Chercher avec :

Volet aînés

Un logis quand on vieillit


Quitter un milieu de vie qui nous est cher n’est guère réjouissant. Surtout que cette décision aura un impact sur nos finances personnelles. Mieux vaut bien se préparer à la situation. Voici quelques-uns des choix qui s'offrent vous.

Le logement qui correspond à vos besoins et vos moyens

Avant tout, vous devez faire la liste de vos besoins afin de choisir la résidence ou l’habitation qui vous convient. De plus, pensez à dresser votre bilan financier, soit le bilan de ce que vous possédez moins ce que vous devez. Ce bilan vous permettra d’y voir clair sur vos capacités de paiement à partir de l’ensemble de vos revenus, de vos avoirs (votre actif) et de vos dettes (votre passif).

Votre bilan financier

Vous devez donc faire une liste de ce que vous possédez et y inscrire la valeur marchande de chaque élément : résidences, meubles, placements, etc. Par exemple, si vous êtes propriétaire d’une maison, vous devez inscrire le montant qu’un acheteur paierait si vous vendiez celle-ci aujourd’hui. Pour connaître la valeur marchande approximative de votre maison, vous pouvez faire quelques recherches dans les petites annonces du journal local ou sur Internet. Vous pourrez ainsi voir combien se vend une maison comparable à la vôtre dans votre quartier. Pour connaître la valeur marchande d’une voiture, vous pouvez contacter la Société d’assurance automobile du Québec au 1 800 361-7620. Parallèlement, vous dresserez la liste de vos dettes en indiquant le solde, le paiement mensuel exigé et le taux d’intérêt. Vous allez ainsi être en mesure de bien connaître vos obligations financières.

Dressez votre budget


Votre bilan financier en main, vous pouvez dresser votre budget mensuel en prenant en considération vos revenus mensuels et vos dépenses. Puisque la majorité des ressources en hébergement comprennent les repas, il est important de bien connaître le coût de vos dépenses reliées aux autres postes budgétaires. En effet, vous devez continuer de payer notamment pour vos vêtements, le téléphone et les loisirs. En connaissant bien vos dépenses, vous allez être en mesure d'établir votre marge de manœuvre budgétaire. Prenez note que si vous avez des préférences alimentaires, vous devez ajouter ces dépenses dans votre budget.

Petite règle très simple, les associations de consommateurs conseillent aux gens de consacrer 30 % de leur revenu net pour se loger et se chauffer.


Les différents types de logement


Au Québec, il y existe plusieurs types de domiciles offerts aux personnes âgées. Peut-être déciderez-vous de rester aussi longtemps que possible à la maison. Peut-être devrez-vous envisager d'emménager dans une résidence adaptée aux besoins des personnes vieillissantes. Quelle que soit votre situation, il est important que vous songiez à préparer l’avenir. Voici donc un aperçu des options qui s'offrent à vous. Si vous désirez en savoir davantage, le comité logement de votre quartier pourra vous aider à mieux cerner vos besoins. Trouvez le vôtre en contactant :
RCLALQ - Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec
FRAPRU - Front d'action populaire en réaménagement urbain


Le maintien à domicile

Vous êtes encore très autonome et avez seulement besoin d'un petit coup de main ponctuel ? Plusieurs services viennent en aide aux personnes âgées désirant rester chez elles.

Logements adaptés pour aînés autonomes : La Société d'habitation du Québec offre un programme de logements adaptés pour aînés autonomes. Ce programme administré par les municipalités pourrait vous donner accès à une aide financière pouvant atteindre 3 500 $ pour apporter des adaptations mineures à votre domicile afin que vous puissiez continuer à y vivre de façon autonome et sécuritaire. Pour vérifier votre admissibilité et demander la visite d’un représentant, appelez au 1 800 463-4315.

Exemption de taxes d’eau : Les augmentations de taxes d’eau vous empêchent de boucler votre budget ? Certaines municipalités, comme Laval, offrent une exemption de paiement de la taxe d’eau aux résidants de 65 ans et plus. Renseignez-vous auprès de la vôtre. Elle a peut-être des solutions à vous proposer.

Les services offerts par votre CLSC : Votre Centre local de services communautaires (CLSC) vous offre une panoplie de services comme :
  • Les services de soutien à domicile, notamment l’aide d’une infirmière ou d’un auxiliaire familial
  • La référence à des services d’entretien ménager, grâce au Programme d'exonération financière du Québec, vous pourriez obtenir ces services à bon prix. Les tarifs varient selon votre revenu
  • Le répit aux proches aidants 
  • Les centres de jour 
  • Le soutien psychologique 
  • L'aide pour faire une demande en ressources d’hébergement.
Pour en savoir davantage et connaître les conditions d'admissibilité, contactez votre CLSC. Pour trouver les coordonnées de votre CLSC, composez le 811 (Info-Santé).

Les ressources intermédiaires publiques

Si vous avez besoin d'un peu plus d'assistance, vous pourriez faire appel à une ressource publique d'hébergement intermédiaire. Vos options sont l'appartement supervisé, la maison de chambres, la maison d'accueil et la résidence de groupe. Le coût de la contribution de la personne qui réside dans une ressource intermédiaire est administré par la Régie de l'assurance maladie du Québec.

Les services offerts dans ces établissements sont les repas, la toilette personnelle, la literie et certaines activités.

Pour en savoir davantage sur ces ressources et sur le calcul de la contribution, composez le 1 866 237-8311 ou visitez le site de la RAMQ.

Les établissements publics et privés conventionnés
Dans le réseau public des soins de longue durée, il y a les établissements publics (centres d’hébergement) et des établissements privés conventionnés. Ces deux types d'établissements fonctionnent exactement de la même façon. Ils accueillent des adultes qui nécessitent trois heures et demie de soins et plus par jour. Ces établissements offrent :
  • des services d’hébergement, d’assistance, de soutien ou de surveillance
  • des services psychosociaux (psychologue, organisateur communautaire) 
  • des services infirmiers 
  • des services pharmaceutiques, médicaux et de réadaptation.

La contribution financière des adultes hébergés est calculée par la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) et est établie en fonction de la catégorie de la chambre où vous logez et de votre capacité de payer. On tient notamment compte de votre état civil, de vos biens (maisons et véhicules, entre autres), ainsi que du montant de votre REER et de votre argent en banque. Sachez aussi qu’on peut tenir compte de votre situation financière jusqu’à deux ans avant la date de votre demande.

La RAMQ propose cet outil de simulation pour calculer le coût de votre hébergement. Les coûts mensuels comprennent le loyer, les médicaments prescrits, les activités, les repas et les collations, l'entretien des vêtements et les produits d’incontinence.

Pour en savoir davantage, composez le 1 800 265-0765 ou visitez le site Web de la RAMQ.

Les établissements privés

Le secteur privé offre différents types de résidence en fonction de votre degré d’autonomie (personne autonome ou semi-autonome). On y trouve également des établissements de soins de longue durée (privés non conventionnés). Ces établissements ne bénéficient d’aucun financement gouvernemental.

Le coût de l’hébergement varie d’un établissement à un autre. Il est important de bien s’informer des services inclus dans votre tarif mensuel. En effet, des frais peuvent s’ajouter pour des services additionnels. Bien les évaluer vous permettra de mieux choisir votre résidence en fonction de votre budget.

Le logement social


Le logement social offre souvent des logements de qualité à meilleur coût que le marché privé. Dans le secteur du logement social, plusieurs éléments varient d’un type d’habitation à l’autre, voire d’une organisation à l’autre. Les délais, les modes de gestion de la liste d’attente, les critères, le coût des logements non subventionnés et le pourcentage de logements à loyer modique dans l’habitation peuvent être différents. Voici un aperçu de chacune des options qui s'offrent à vous.

Les logements à loyer modique (LLM)


Ce type de logement peut se trouver dans une habitation à loyer modique (HLM), dans une coopérative ou dans un établissement lié à un organisme à but non lucratif (OBNL) en habitation.

Le coût de base du loyer d’un logement à loyer modique est établi à 25 % du revenu du ménage. On considère le revenu brut de l’année civile précédant la signature du bail. Le chauffage est inclus. Des frais peuvent s’ajouter pour l’électricité et certains services. Pour être admissible, le ménage ne peut avoir un revenu dépassant un certain seuil. De plus, le nombre de personnes à occuper le logement détermine la grandeur du logement qui peut être attribué.

Vous pourriez également habiter dans un HLM réservé aux personnes âgées. Pour y être admissible, vous devez :
  • être âgé de 60 ans et plus
  • être admissible aux logements à loyer modique (LLM) 
  • être assez autonome pour répondre vous-même (ou avec l'aide de votre réseau de soutien) à vos besoins essentiels et à ceux de votre ménage.

L’Office municipal d’habitation de Montréal utilise un système de pointage afin de déterminer l’ordre de priorité des ménages qui auront accès à un logement social. On trouve des listes d’attente différentes par type de HLM et par quartier. Présentement, des milliers de ménages attendent d'obtenir un logement en HLM. Il faut donc voir le processus comme une démarche à long terme. Les personnes dont les revenus et la valeur des biens frôlent les seuils maximaux ont peu de chance d’être un jour choisies. Elles auront donc avantage à considérer d’autres avenues, notamment les habitations communautaires.

Vous pouvez vérifier votre admissibilité et vous procurer le formulaire de demande de logement en HLM à l’Office municipal d’habitation de Montréal.

Vous devrez chaque année renouveler votre demande pour habiter en HLM. L’OMHM vous avisera 30 jours avant le retrait de votre inscription sur la liste d’attente.

Les coopératives d’habitation


Habiter une coopérative, c’est plus que bénéficier d’un logement à prix abordable ou à loyer modique, c’est vouloir contribuer au bon fonctionnement de l'établissement. La coopérative d’habitation est gérée par ses membres locataires. Le loyer y est plus bas que celui d'un logement similaire. Dans la plupart des coopératives, des logements sont réservés aux ménages à faible revenu qui peuvent ainsi bénéficier d’un logement subventionné.

Les coopératives choisissent leurs critères de sélection et leurs locataires. Vous devez donc vous renseigner sur les critères des coopératives qui vous intéressent avant de faire une demande pour y habiter.

Pour évaluer si la formule vous convient, vous pouvez contacter la Fédération des coopératives d’habitation intermunicipale du Montréal métropolitain (FECHIMM). Celle-ci regroupe 75 % des 600 coopératives d’habitation de la région. La FECHIMM propose régulièrement des rencontres d’information au coût de 15 $. Inscrivez-vous par courriel à l'adresse info@fechimm.coop.

La FECHIM cite trois coopératives réservées aux personnes de 50 ans ou plus : La Villa Trois-Étoiles, La Coopérative d’habitation néerlandaise de Montréal métropolitain et La Coopérative Émile-Nelligan.

Les organismes à but non lucratif (OBNL) d’habitation


Les OBNL d’habitation (appelés aussi OSBL, pour organismes sans but lucratif) sont gérés par des intervenants locaux ayant à cœur d’offrir à leur communauté des conditions de logement stables et décentes. Dans certains cas, les intervenants gèrent les habitations en partenariat avec les locataires.

Comme dans le cas des coopératives, les logements en OSBL d’habitation ne sont pas tous subventionnés. Si la formule vous intéresse, vous devez communiquer avec chaque organisme. Vous pouvez trouver les OSBL d’habitation pour aînés en consultant le moteur de recherche du Réseau québécois des OSBL d’habitation à l'adresse www.rqoh.com. On y trouve près d’une vingtaine d’habitations. Certaines s’adressent aux aînés autonomes, d’autres à ceux qui sont en légère perte d’autonomie. Les services offerts sont décrits. Vous pouvez aussi communiquer avec la Fédération des OSBL d’habitation.


Quitter son logement loué

Votre état de santé vous oblige à déménager, mais vous avez signé un bail ? En vertu de la loi, certaines raisons vous permettent de résilier votre bail en cours. Si vous avez obtenu un logement à loyer modique, si vous ne pouvez plus occuper votre logement en raison d’un handicap ou si vous êtes admis de façon permanente dans un centre d'hébergement et de soins de longue durée, vous pouvez résilier votre bail. Vous devez alors faire parvenir par courrier recommandé un avis écrit de résiliation de bail accompagné d’une attestation prouvant la nécessité que vous soyez relogé. Il peut s’agir, par exemple, de la confirmation de votre admission dans un centre d’hébergement.

À moins que vous en conveniez autrement, deux mois après avoir reçu cet avis, votre propriétaire doit résilier votre bail. Au cours de ces deux mois, vous devrez payer le loyer. Si votre bail est d’une durée indéterminée ou de moins de 12 mois, le délai de l’avis de résiliation du bail est d’un mois.

Si votre propriétaire reloue votre logement pendant ce délai de deux mois, la résiliation prendra effet à partir de ce moment. Vous pourriez aussi vous entendre à l’amiable avec votre propriétaire, ou encore céder votre bail.

Vos droits et vos obligations à titre de locataire

Vous pouvez vous informer auprès de la Régie du logement. Vous pouvez également contacter les ressources communautaires de votre quartier.
Design Web = Egzakt