Donnez
Retour aux actualités

Un inconnu frappe à votre porte? Méfiez-vous, c’est peut-être un commerçant itinérant!

Loin de vendre les traditionnelles encyclopédies ou les mythiques aspirateurs, les commerçants itinérants proposent maintenant des thermopompes, des panneaux solaires, des services de décontamination d’entre-toit ou d’autres travaux majeurs sur votre demeure. Ces contrats, d’une valeur de plusieurs milliers de dollars, sont souvent financés à crédit.

 

Avant de tomber dans le panneau, voici quelques conseils à suivre.

  • Assurez-vous que le vendeur itinérant a un permis délivré par l’Office de la protection du consommateur. Même si le permis vous offre une certaine protection, sachez qu’il n’atteste ni de l’honnêteté du vendeur, ni de la qualité de ses services.

 

  • Méfiez-vous de ses tactiques de vente et de ses promesses. Le vendeur itinérant pourrait tenter de vous faire croire que son offre est une aubaine ou qu’elle est d’une durée limitée. Il pourrait aussi vous faire miroiter d’importantes économies ou la possibilité de profiter de programmes gouvernementaux. Avant de céder, vérifiez ses dires. Prenez le temps de comparer les prix auprès de quelques fournisseurs.

 

  • Vérifiez le contrat avant de le signer. Ce qu’il vous offre vous intéresse? Demandez au vendeur une copie du contrat et prenez le temps de l’étudier à tête reposée. Portez notamment attention aux modalités de paiement.

Si vous avez conclu un contrat avec un vendeur itinérant, vous avez le droit de l’annuler dans les 10 jours, sans frais ni justification. Dans certaines circonstances, vous pourriez avoir une année pour l’annuler. Ce sera le cas, par exemple, si le vendeur itinérant n’est pas titulaire d’un permis ou encore s’il ne livre pas le bien ou ne fournit pas le service dans les 30 jours qui suivent la date indiquée au contrat.

Pour en connaître davantage sur la vente itinérante, consultez le site de l’Office de la protection du consommateur.

 

Regardez aussi la vidéo qu’Option consommateurs a réalisée grâce au soutien financier de l’Office de la protection du consommateur (lien) et n’hésitez pas à la partager!