Donnez
Retour aux actualités

Investir en quelques clics avec les Fintechs : beaucoup de promotion, peu d’information

Montréal, le 13 février 2020 –  Épargner ou investir en seulement quelques clics, voilà ce que nous promettent de nouvelles entreprises financières appelées FinTech. Intéressant? Oui, mais aussi inquiétant, car ces entreprises ne sont pas assez encadrées pour permettre de bien protéger les consommateurs, affirme Option consommateurs dans un rapport publié aujourd’hui.

 

À l’aide de leurs robots conseillers, ces entreprises nous proposent d’arrondir au dollar près chacun de nos achats, puis de déposer dans un compte l’argent épargné pour éventuellement l’investir ou encore de déposer ses avoirs dans des placements comme des fonds négociés en Bourse.

 

Les pages d’accueil de ces sites présentent des phrases accrocheuses, mais l’information qui y est inscrite est relativement vague. En quelques minutes, le consommateur peut donc dévoiler nombre de renseignements personnels et confier des sommes importantes à des entreprises dont il sait peu de choses.

 

Option consommateurs a analysé en profondeur les documents légaux de trois de ces FinTech : Mylo, Wealthsimple et Portefeuile futé BMO.

 

Bien que ces entreprises doivent respecter certaines obligations, comme celle de faire affaire avec un conseiller financier certifié, elles privilégient souvent la promotion au détriment de l’information et multiplient les clauses d’exclusion de responsabilité.

 

« Dans certains cas, le consommateur ne peut même pas se fier à l’information qui se trouve sur le site Web de l’entreprise, qui se dégage d’ailleurs de toute responsabilité concernant ce qui y est publiée. Mais en retour, on exige du consommateur un comportement quasi irréprochable autant pour ce qui est de l’exactitude des données qu’il fournira que des protections dont il dotera ses outils informatiques », déplore Maryse Guénette, auteure du rapport chez Option consommateurs.

 

Même s’ils ont l’impression d’être en contrôle de leurs transactions, l’étude rapporte que les consommateurs connaissent bien mal les FinTech et les confondent avec des institutions financières.

 

Option consommateurs demande au gouvernement de revoir les lois de protection du consommateur notamment celles sur le contrat conclut à distance en plus de celles en matière de vie privée afin qu’elles tiennent compte des nouveaux enjeux qui découlent du fonctionnement de ces entreprises.

 

La recherche « Épargner et investir en utilisant les FinTech – Comment concilier l’innovation et la protection des consommateurs? » a été réalisée grâce à une contribution du Bureau de la consommation d’Innovation, Sciences et Développement économique Canada.

 

À propos d’Option consommateurs

Option consommateurs est une association sans but lucratif ayant pour mission de défendre les droits et les intérêts des consommateurs. Elle s’intéresse de près aux questions liées aux finances personnelles, aux pratiques commerciales, aux services financiers, à la protection des renseignements personnels, à l’énergie, à la santé et à l’agroalimentaire.

 

-30-

 

Pour plus d’informations ou une entrevue:

Marie-Ève Dumont, conseillère en communications
514-777-6133
medumont@option-consommateurs.org

 

English research report