Donnez
Retour aux actualités

Jeunes et crédit – La modération a bien meilleur goût

Selon une étude réalisée en 2012 par l’Agence pour la consommation en matière financière du Canada (ACFC), six jeunes de 18 à 29 ans sur dix ont des dettes. Parmi ceux-ci, 65% ont un solde impayé sur une carte de crédit. «Cela est inquiétant, dit Me Sylvie de Bellefeuille, avocate et conseillère budgétaire à Option consommateurs. Rembourser une dette, même relativement basse, peut prendre des années, surtout quand le taux d’intérêt est élevé. Ce qui est le cas sur les cartes de crédit.»

Comment expliquer une telle situation? Me de Bellefeuille pointe du doigt une mauvaise utilisation du crédit due à de piètres connaissances. «Plusieurs jeunes ne savent pas comment agir pour payer le moins d’intérêt possible. Par exemple, ils ignorent que s’ils ne paient pas leur compte en entier, l’intérêt sera calculé sur la totalité de leur dette. Ils ne savent pas non plus que, lorsqu’ils utilisent leur carte de crédit pour une avance de fonds, les intérêts commencent à courir dès le jour du retrait.»

Malgré cela, bien des jeunes ont plus d’une carte de crédit. En fait, selon une étude réalisée en 2010 par la Coalition des associations de consommateurs du Québec, les Québécois de 14 ans et plus auraient en moyenne 1,8 carte de crédit en leur possession. Cela aussi est inquiétant. «Il peut être difficile de bien gérer une carte, dit Me de Bellefeuille, même lorsqu’on a une certaine expérience. Se procurer plus d’une carte quand on n’a pas de revenu stable, c’est carrément jouer avec le feu.»

Depuis quelques années, Me de Bellefeuille remarque aussi un autre phénomène : les soldes de téléphones cellulaires impayés. «Beaucoup de jeunes, qui ont de la difficulté à payer leur compte de téléphone cellulaire, changent de compagnie et laissent une dette derrière eux. Lorsque l’entreprise impayée signale la chose au Bureau de crédit, cela entache leur dossier de crédit. Et une fois que leur dossier est entaché, le crédit qu’ils obtiennent leur coûte plus cher… Dans une telle situation, il est difficile de s’en sortir.»

Tout cela a pour conséquence de causer bien des maux de tête aux jeunes consommateurs. Selon une étude réalisée en 2014 par la Banque de Montréal auprès de 1002 Canadiens, 56% des 18-34 ans penseraient à leur endettement «plusieurs fois par jour». La moitié aurait eu une dispute avec un proche au sujet de l’argent. Une même proportion a «honte» de la dette qu’elle a accumulée.

Pour éviter de se trouver dans une telle situation, il vaut mieux prévenir. «Nous conseillons aux jeunes d’étudier les différents produits de crédit afin de choisir celui qui leur convient le mieux, de se contenter d’une seule carte de crédit, de garder la limite de cette carte relativement basse et de payer leur solde chaque mois. Si cette dernière option n’est pas possible, ils doivent faire au moins le paiement minimum chaque mois, puis tenter de rembourser la totalité de leur dette le plus rapidement possible.»