Donnez

Les publications que vous faites au sujet de votre enfant sur les réseaux sociaux ne sont pas sans risques

 

Le premier anniversaire de votre enfant, sa dernière rentrée scolaire, les vacances en famille… Comme parent, il est agréable de partager les dernières nouvelles ou prouesses de ses enfants sur les réseaux sociaux.

Malheureusement, ces publications comportent des risques souvent insoupçonnés pour votre enfant. Ces renseignements personnels, ces photos et vidéos pourraient nuire à la réputation de votre enfant plus tard ou encore servir à des individus malveillants pour de la pornographie juvénile ou un vol d’identité.

Risques

 

 

Identité virtuelle de l’enfant

En tant qu’adultes, nous pouvons choisir ce que nous partageons comme information à notre sujet sur les réseaux sociaux et ainsi contrôler la façon dont nous voulons être perçus. Il s’agit de notre identité virtuelle. En mettant en ligne des publications au sujet de votre enfant, vous créez pour lui cette identité virtuelle. Certaines personnes ne désirent pas avoir une présence en ligne ou préfèrent limiter l’information publiée à leur sujet. Il faut donc éviter de construire pour votre enfant une identité virtuelle sur laquelle il n’a pas de contrôle.

 

Vol d’identité

De nombreux renseignements personnels peuvent être recueillis au sujet de votre enfant à partir des publications que vous faites. Il est possible de connaître son nom complet, son âge, sa date de naissance, les noms de ses parents ou son adresse. Il est également facile d’obtenir des renseignements qui peuvent être utilisés comme réponse à des questions de sécurité, par exemple le nom de son premier animal de compagnie, le nom de la première rue où il a habité ou encore la marque de sa première voiture. Les fraudeurs peuvent se servir de ces informations pour ouvrir un compte bancaire ou faire des demandes de crédit. Selon des prédictions, d’ici 2030, le partage de renseignements personnels d’enfants sur les réseaux sociaux sera la cause du 2/3 des vols d’identité chez les jeunes de plus de 18 ans
[1].

 

Vie privée et réputation de l’enfant

Tout comme un adulte, un enfant a droit à sa vie privée. Comme parent, il se peut que vous n’ayez pas la même conception que votre enfant sur ce qui est acceptable de dévoiler à son sujet. En publiant sur les réseaux sociaux, on expose les renseignements personnels d’un enfant à un plus large auditoire qu’avant la venue d’Internet. L’enfant pourrait se sentir gêné ou encore humilié en raison de certaines publications. C’est pourquoi il faut être attentif aux malaises que peut vivre l’enfant et l’écouter.

 

Intimidation

Une publication amusante ou attendrissante aux yeux d’un parent peut devenir du matériel de choix pour un intimidateur. Ce dernier pourrait avoir accès aux publications que vous faites si votre compte de réseau social est lié à celui de votre enfant ou tout simplement par l’entremise des moteurs de recherche si votre compte n’est pas en mode privé.

 

Pornographie juvénile

Il arrive que le contenu que les parents publient sur les réseaux sociaux au sujet de leurs enfants, plus particulièrement les photographies, soit ciblé par des individus malveillants. Celles-ci peuvent être utilisées à des fins personnelles ou publiées sur des sites de pornographie juvénile. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les photographies ciblées ne sont pas seulement celles contenant de la nudité, complète ou partielle. Beaucoup de photographies anodines sont reprises, avec des commentaires leur donnant un caractère sexuel.

 

Utilisation future des renseignements personnels

La multitude de renseignements disponibles sur les réseaux sociaux au sujet de votre enfant peut être utilisée par des tiers et influencer négativement leurs décisions. Que ce soit des renseignements au sujet de la santé de votre enfant dans le but d’accorder une assurance-vie, des données au sujet de ses performances scolaires lors d’une demande d’admission à l’université ou encore des informations au sujet de son comportement pour une demande d’emploi.
[1] Childrens’ Commissionner for England, Who knows What About Me?, A Children’s Commissioner Report into the Collection and Sharing of Children’s Data, November 2018

Conseils

 

En tant que parent, il existe des solutions pour limiter les risques auxquels vous exposez votre enfant lorsque vous faites des publications sur les réseaux sociaux à son sujet. En voici quelques-unes :

  • Avant de mettre en ligne une publication, il est bon d’évaluer son contenu et de vous poser des questions [2]:
    – Pourquoi partagez-vous cette publication?
    – Voudriez-vous que quelqu’un publie une chose semblable à votre sujet?
    – Votre enfant pourrait-il être gêné par cette publication, maintenant ou dans le futur?
    – Y a-t-il quelqu’un dans le monde qui ne devrait pas voir cette publication à propos de votre enfant, maintenant ou plus tard?
    – Voulez-vous que cette publication fasse partie de l’identité virtuelle de votre enfant?
  • Limitez le nombre de publications que vous faites sur les réseaux sociaux au sujet de votre enfant.
  • Évitez toute publication pouvant révéler des renseignements personnels de votre enfant : nom, date de naissance, adresse, nom de son école, renseignements sur sa santé, ses habitudes ou qui peuvent servir de réponses à des questions de sécurité.
  • Évitez toute publication montrant votre enfant dans des situations embarrassantes.
  • Évitez toute publication contenant des photographies de votre enfant contenant de la nudité partielle ou complète.
  • Demandez à votre enfant son consentement avant de publier à son sujet, lorsque celui-ci est en mesure de comprendre ce que vous faites ou qu’il a atteint l’âge de 7 ans.
  • Si votre enfant est plus vieux, mentionnez-lui que vous avez fait des publications à son sujet et montrez-lui celles-ci.

  • Si votre enfant en fait la demande, retirez le contenu que vous avez publié à son sujet.
  • Renseignez-vous au sujet des paramètres de confidentialité des réseaux sociaux :
    – Assurez-vous que votre compte est « privé » et qu’il n’apparaît pas sur les moteurs de recherche tels que Google.
    – Assurez-vous également que seuls les gens que vous autorisez ont accès au contenu que vous publiez.
    – Pour plus de renseignements sur les paramètres de confidentialité des réseaux sociaux : FacebookInstagram ,Twitter, YouTube.
  • Restez vigilant face à ce que vous publiez au sujet de votre enfant dans des groupes « privés » sur les réseaux sociaux (Facebook principalement) :
    – Assurez que le groupe est « privé », c’est-à-dire que seules les personnes que vous autorisez peuvent joindre le groupe.
    – Assurez-vous que le groupe est « secret », c’est-à-dire que seuls les membres qui y ont accès peuvent le trouver.
    – Garder en tête que les membres d’un groupe peuvent copier, sauvegarder et repartager l’information que vous y publiez.
[2] Claire McCarthy, MD, FAAP, Sharenting : 5 Questions To Ask Before You Post 

 

 

 

 

 

Ce projet a été financé par :

LE COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA
(CPVP)

Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles du CPVP

 

 

Réalisation des vidéos : Wolfgang Animation