Donnez
Retour aux recours

Médicaments contre la toux et le rhume

Le 24 mars 2009, nous avons déposé une requête pour autorisation d’exercer un recours collectif contre sept fabricants de médicaments contre la toux et le rhume, soit Johnson & Johnson, Novartis, Pfizer, Procter & Gamble, Ratiopharm, Wyeth, Trillium et Vita.

Les médicaments visés par le recours sont offerts en vente libre au Canada sous les noms Advil, Balminil, Benylin, Biomedic (Famili-Prix), Buckley’s, Dimetapp, Equate (Walmart), Exact (Loblaws), Life (Pharmaprix), Option (Uniprix), Personnelle (Jean-Coutu), Robitussin, Sélection (Métro), Sudafed, Triaminic, Tylenol et Vick’s.

Ils sont administrables par voie orale et ont une étiquette ou un emballage qui fait mention d’une posologie pour enfant et contiennent au moins un des principes actifs suivants:

 

Antihistaminiques
  • Maléate de bromphéniramine
  • Maléate de chlorphéniramine
  • Vuccinate de doxylamine
Antitussifs
  • Dextrométhorphane
  • Hydrobromure de dextrométhorphane (aussi connu sous le nom Bromhydrate de dextrométhorphane)
  • Chlorhydrate de diphenhydramine
Expectorant
  • Guaiphénésine
Décongestionnants
  • Chlorhydrate de phényléphrine
  • Chlorhydrate de pseudoéphédrine

 

Les entreprises pharmaceutiques poursuivies indiquent que leurs produits sont efficaces pour traiter les symptômes du rhume comme la congestion, la toux, l’écoulement nasal et les éternuements. Or, des études démontrent que les médicaments contenant un expectorant ou certains antihistaminiques, antitussifs ou décongestionnants ne sont pas efficaces pour traiter les symptômes de la toux et du rhume chez les enfants de moins de six ans.

 

Rappelons que le 18 décembre 2008, Santé Canada a ordonné aux entreprises pharmaceutiques de modifier l’étiquetage de leurs produits afin de préciser qu’il ne faut pas les administrer à des enfants de moins de 6 ans. (En savoir plus sur les médicaments contre la toux et le rhume pour les enfants)

 

Nous estimons que les fabricants ont fait des représentations fausses ou trompeuses contraire à la Loi sur la protection du consommateur et à la Loi sur la concurrence. L’association soutient que l’information erronée a causé un dommage aux consommateurs en les amenant à faire des dépenses inutiles.

 

Le recours collectif vise à obtenir que les membres du recours soient remboursés et des dommages punitifs de 1 million de dollars par entreprise pharmaceutique poursuivie.

 

Les membres

Dans notre requête, nous demandons au tribunal d’inclure dans le groupe toutes les personnes qui, afin de soigner un enfant de moins de 6 ans, ont acheté au Québec un médicament visé par ce recours.

 

Où nous en sommes

Nous attendons l’audition visant à autoriser ce recours.

 

 

Vous avez acheté au moins un médicament contre la toux et le rhume pour soigner un enfant de moins de 6 ans ?

Nous vous suggérons de conserver les emballages de ce produit ainsi que toute autre preuve d’achat.

Lire le communiqué de presse du 25 mars 2009