Fermer×
Retour aux publications

Bien manger avec le Guide alimentaire canadien et le tableau de valeur nutritive : un menu simplifié pour faciliter la compréhension par les personnes faiblement alphabétisées

Les exigences de la vie quotidienne tant au travail qu’à la maison posent de nouveaux défis que doivent sans cesse relever les Canadiens ; les canaux de diffusion des informations sont multiples et l’émergence des nouvelles technologies accroît la complexité des compétences nécessaires pour intégrer ces informations et faire en sorte qu’elles bénéficient à la population entière.

Lorsqu’il s’agit de démystifier les informations qui influencent les choix alimentaires des consommateurs canadiens, il faut reconnaître que ces choix ont, sans contredit, un impact direct sur leur état de santé et leur bien-être. Pour aider la population canadienne à faire des choix éclairés en matière de saine alimentation, des efforts sont indispensables pour mieux les informer et les sensibiliser.

Pour y parvenir, la nouvelle mouture du Guide Bien manger avec le Guide alimentaire canadien [ci-après le Guide] ainsi que les informations contenues dans le tableau de valeur nutritive, sont des outils qui peuvent contribuer à développer cette capacité.

Malheureusement, près de 50 pour cent des Canadiens adultes ont un niveau d’alphabétisation qui leur permet uniquement de «lire des textes simples, explicites, correspondant à des tâches peu complexes» ; il ne s’agit pas d’un niveau suffisant pour fonctionner convenablement au jour le jour.

De ce fait, ces constats font ressortir l’influence que peut avoir une capacité réduite d’alphabétisation sur l’état de santé de ces Canadiens, incluant ceux nés au pays et ceux qui y établissent une nouvelle demeure et un nouveau départ.

Dans cette optique, nous avons rencontré non seulement des intervenants qui œuvrent dans les domaines où l’alimentation et la nutrition sont au cœur des préoccupations, mais aussi des organismes qui, dans le cadre de leurs activités, rencontrent des individus qui ont des difficultés liées à l’alphabétisation.

Pour assurer l’élaboration de recommandations à l’image de la société canadienne, nos groupes de discussion étaient composés de participants d’origine québécoise et d’origine multiethnique, incluant des nouveaux arrivants.

Nous avons en outre réalisé une revue de la documentation pertinente afin de dresser un sommaire des outils disponibles en lien avec la problématique visée, ce qui nous a permis de constater que, bien qu’il existe des outils intéressants, ils sont encore peu nombreux.