Donnez
Retour aux actualités

Vacances à temps partagé : attention aux mirages!

C’est presque trop beau pour être vrai : on vous annonce que vous êtes l’heureux gagnant d’un séjour! En échange, on vous demande simplement de participer à une séance d’information.
Méfiez-vous!

Il est probable qu’on tentera de vous convaincre de signer un contrat vous permettant d’obtenir, pendant plusieurs années, des séjours ou des croisières dans divers lieux de villégiature. Si c’est le cas, c’est qu’on veut vous faire adhérer à une formule de vacances à temps partagé (ou « time-sharing »).

 

 

Vente sous pression, représentations trompeuses, frais qui se multiplient… les formules de vacances à temps partagé suscitent l’insatisfaction de bien des consommateurs. Ceux qui cèdent à la tentation se trouvent souvent aux prises avec des contrats onéreux qu’ils ont du mal à annuler.

En signant un contrat de vacances à temps partagé, vous vous engagez à payer pour des vacances, année après année, jusqu’à l’expiration du contrat. Au coût onéreux des points s’ajoutent bien d’autres frais. Ils atteignent souvent quelques centaines de dollars et doivent être payés même si vous ne voyagez pas.

Avant de vous engager dans ce type de formule, soyez vigilant! Assurez-vous que le commerçant vous présente un contrat détaillé qui reflète bien les promesses qu’il vous a faites. Il doit aussi vous remettre un double du contrat signé, accompagné d’un formulaire d’annulation.

Sachez aussi que vous avez 10 jours pour annuler un contrat d’hébergement en temps partagé, sans frais ni pénalité. Après ce délai, vous pouvez toujours annuler votre contrat mais vous devrez peut-être payer une indemnité.

Pour en connaître davantage sur ce sujet, consultez le site de l’Office de la protection du consommateur.

Regardez aussi la vidéo qu’Option consommateurs a réalisée grâce au soutien financier de l’Office de la protection du consommateur et n’hésitez pas à la partager!